24 décembre 2006

Marie enceinte ? Evidemment !

marie_enceinte

Je voulais commenter un passage de Genèse II pour donner une suite logique à mes observations sur  Genèse I. Mais la presse, qui cette semaine s'est focalisé sur un Santon un peu spécial, m'a fait changer d'avis : une Vierge Marie enceinte a fait son entrée dans les crèches de Noël, du côté d'Aubagne. Passants choqués, curé compréhensif... le débat n'a pas porté très loin. L'icône au ventre arrondi me donne néanmoins l'occasion, en ce samedi 24 décembre, de "bûcher" sur le thème de la conception divine. Mais qu'est ce qui peut ainsi froisser les bien pensants (ou les mal croyants, car ce sont souvent les mêmes) ? Est-ce la première fois que Marie est ainsi représentée incincta (c'est-à-dire "enceinte" ?) Le fait qu'elle l'ait été remet-il en cause sa virginité ?

Voyons ce qu'en disent les Ecritures…

Mathieu (1, 18-23) relate la conception virginale.

1.18 Voici de quelle manière arriva la naissance de Jésus Christ. Marie, sa mère, ayant été fiancée à Joseph, se trouva enceinte, par la vertu du Saint Esprit, avant qu'ils eussent habité ensemble.

  • 1.19 Joseph, son époux, qui était un homme de bien et qui ne voulait pas la diffamer, se proposa de rompre secrètement avec elle.

  • 1.20 Comme il y pensait, voici, un ange du Seigneur lui apparut en songe, et dit : Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l'enfant qu'elle a conçu vient du Saint Esprit ;

  • 1.21 elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus ; c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés.

  • 1.22 Tout cela arriva afin que s'accomplît ce que le Seigneur avait annoncé par le prophète :

  • 1.23 Voici, la vierge sera enceinte, elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom d'Emmanuel, ce qui signifie Dieu avec nous.

    Vierge avant Marie a été vierge, c'est une évidence. Comme toutes les jeunes filles le sont, avant leur premier rapport et avant la conception de leur premier enfant. Le texte de 1,18 ne laisse aucun doute quant à la pureté de Marie au moment même où le Saint Esprit la féconde… Dire qu'elle n'habitait pas avec Joseph (quoique fiancée à lui) revient à dire qu'elle ne l'a pas connu, qu'elle n'a pas couché avec lui. Dans le cas contraire, pourquoi aurait-il voulu rompre (1,19) ? En 1,20, il n'y a plus de doute : l'enfant est bien d'ascendance divine et Joseph n'y est pour rien. Marie est le réceptacle de cette engeance qui naîtra comme un homme parmi les hommes…

    Vierge pendant Elle devra donc enfanter (1,21). Ainsi, "la vierge sera enceinte" lit-on en 1,23. Autrement dit, elle sera grosse, elle aura toutes les apparences de la future mère. Arrêtons-nous un instant sur ce terme de "Vierge", cité pour la première fois dans ce passage. En réalité, le grec dit : parthénos, qu'on peut traduire par "jeune fille". Mais, comme à l'époque, il était inconcevable qu'une jeune fille ne fut pas vierge, les deux termes peuvent être considérés comme équivalents. Donc, Marie reste vierge. Ses voies sont impénétrables, en tous cas pour Joseph. Le souffle de l'esprit sain ("ek pneumatos agiou") lui, a vraiment connu Marie. Mais qu'est ce qu'un souffle, sinon une représentation matérielle de l'immatériel ? On ne peut pas être déflorée par un saint courant d'air.

    Vierge après Marie reste-t-elle vierge une fois libérée ? Oui. L'accouchement n'est pas considéré comme une défloraison. Seul Joseph aurait le pouvoir de la souiller. Mais Matthieu rassure le lecteur sur ce point : "Mais il ne la connut point jusqu'à ce qu'elle eût enfanté un fils, auquel il donna le nom de Jésus." (1,25). Ainsi, Marie était vierge avant la conception, elle l'est encore après la visite du souffle divin et elle le reste après l'accouchement. Mais pourquoi le Saint Esprit a-t-il pris la peine de passer par Marie pour mettre au monde Jésus ? Car le fils de Dieu est aussi un homme. Divin par son père, mais humain par sa mère qui l'a d'ailleurs enfantée dans la douleur si l'on en croit Isaïe : "La jeune femme porte un fils, elle va enfanter. Elle va crier son nom d'Emmanuel" (7,15). (Emmanuel, en hébreu signifie "Dieu est avec nous").

    Marie enceinte ? Tant mieux ! La grossesse de Marie, au lieu de nous choquer, devrait au contraire nous émouvoir, comme le signe de l'humanité de Jésus, comme la preuve qu'il est né à la manière d'un humain, dans le sang, la douleur, dans la joie d'une mère libérée enfin. Marie était une femme comme les autres : elle avait besoin d'accoucher pour aimer son enfant. Paradoxalement, la divinité de Jésus aurait été moins évidente s'il était venu dans ce monde sans que sa mère ait eu à souffrir. L'accouchement par les voies naturelles souligne le surnaturel de la conception divine en lui donnant tout son sens.

  • Posté par beotien à 13:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]


    Commentaires sur Marie enceinte ? Evidemment !

    Nouveau commentaire