17 décembre 2006

L'Homme VS les Animaux

       

   boeuf3homoerectusSnake

Genèse I (1.24 à 1.26)

  • 1.24 Dieu dit : Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi.

  • 1.25 Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon.

  • 1.26 Puis Dieu dit : Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu'il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.
  • On a coutume de dire aujourd'hui que l'homme est un animal presque comme les autres et qu'il diffère assez peu de certains cousins à poils longs et à la mâchoire protubérante. On lui trouve même un caryotype proche de celui du porc… Dans ce passage de la Genèse, l'animalité de l'homme n'est pas une donnée première. L'homme est radicalement autre. Il est l'Etre à l'image de Dieu tandis que les animaux sont autochtones, autrement dit de purs produits de la terre. Comparables aux végétaux ? Non, puisqu'il est écrit qu'ils sont "vivants selon leur espèce". Un végétal végète. Il n'est pas vivant au sens de "mobile". Il n'a pas le mouvement, propre à la vie. Il ne se déplace pas. Ainsi, les animaux sont nés de la terre "selon leur espèce" tandis que l'homme est créé à l'image de Dieu. La répétition de la formule "selon leur espèce" en 1.24 différencie le genre de ses espèces, autrement dit l'animal de ses extensions en bétail, reptile et animaux terrestres. L'ordre dans lequel ils sont cités n'est pas anodin : le bétail prime, car il est noble dans sa fonction nourricière. Le bœuf aide au travail de l'homme et le nourrit. Mais il faut se méfier du reptile rampant. Quant aux autres espèces "neutres", qu'on peut chasser et manger pour certaines, elles sont trop nombreuses pour les citer toutes, c'est pourquoi elles sont rangées sous le terme plus générique d' "animaux terrestres".

    L'homme, lui, n'est que l'homme. Il n'est pas dit qu'il existe un genre humain qui se décline en sous espèces. Il n'y a pas d'homme "selon son espèce" mais un homme à "notre ressemblance". l'Adam est puissant et mystérieux : mystérieux par son origine divine et puissant car Dieu l'y autorise en le proclamant maître de ce qui existe, dans le ciel, dans les mers et sur terre (les méchantes bébêtes rampantes sont encore citées en dernier…). L'homme, meme infirme, meme avili par le mal, reste l'homme, l'être à l'image de Dieu, infiniment respectable. Mais il se déshonore lorsqu'il identifie son origine à celle de l'animal.

    Pourquoi Dieu autorise-t-il ainsi l'Homme à se soumettre les autres existants ? Ne craint-il pas de lui donner trop de pouvoir ? Pas de liberté sans responsabilité et pas de responsabilité sans propriété. Si l'homme possède et soumet, il en est aussi responsable, et s'il est responsable, cela fait de lui un être libre qui peut faire le bien ou le mal délibérément.

    Posté par beotien à 10:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


    Commentaires sur L'Homme VS les Animaux

    Nouveau commentaire